Nerval« Te voilà ! petit Parisien, me dit le père Dodu. Tu viens pour débaucher nos filles ? − Moi , père Dodu ? − Tu les emmènes dans les bois pendant que le loup n'y est pas ? − Père Dodu, c'est vous qui êtes le loup. − Je l'ai été tant que j'ai trouvé des brebis; à présent je ne rencontre plus que des chèvres, et qu'elles savent bien se défendre ! Mais vous autres, vous êtes des malins à Paris. Jean-Jacques avait bien raison de dire : "L'homme se corrompt dans l'air empoisonné des villes." − Père Dodu, vous savez trop bien que l'homme se corrompt partout. »

Gérard de Nerval,
« Sylvie » in
Les Filles du feu.
Paris : Michel Lévy Frères, libraires éditeurs,
1856. (p 147)

 


Voir aussi :
Arvède Barine, « Essais de littérature pathologique »
in La Revue des deux mondes, octobre 1887.