BAT_COUV_PLAT_1

Alexandre Ducommun
Fragments philophoriques
à l'usage des survivants

On se laissera entraîner dans un ouvrage que le préfacier situe dans la ligne rare des romans à idée. Imaginez un auteur résistant, la plume à la main, à toutes les manières ordinaires d'entrer en écriture, et observant avec une ironie de plus en plus érudite, sa propre quête du récit. Ça donne un ouvrage alternant la narration littéraire d'une errance infinie, et la déconstruction philosophique de la raison même du récit. Avec un parcours qui réveillera, et réajustera dans un discours construit et démonstratif tous ces fragments philosophiques épars qui constituent notre fonds culturel. Et on lira, médusé, comment peuvent s'assembler les pièces de ce puzzle… Si nous perdions toute capacité à les assembler – au moins dans un récit, sinon dans une argumentation – que resterait-il de notre humanité ?

À nouveau, le détour par la Grèce s'impose. C'est à croire que la Corse est un lieu propice à ce détour, avec, comme figure de fond, ici aussi Héraclite, tant prisé par ailleurs par Marcel Conche. Hasard ou conjonction ? Allez savoir quand on rapproche – le premier livre d'un jeune auteur toujours englué dans les élans du sexe et son cortège de fantasmes – avec Corsica, le énième livre d'un vieux philosophe accédant en son vieil âge à un amour d'une absolue pureté.

Alexandre Ducommun.
Fragments philophoriques à l'usage des survivants : petit précis d'humanités résiduelles.
Ghisonaccia : La Gare, à paraître, juin, 2010. (160 pages, format 11x18)
LA GARE Edition / Gattone / 20240 GHISONACCIA / 04 95 57 44 94
Contact : la rubrique « contacter l'auteur » de ce blog.